Histoires de pot

Par défaut

Question existentielle s’il en est, que se pose tout parent qui se respect, bien qu’il soit passé par là et que peu d’entre nous portent des couches culottes au de-là des 3 ans : « mon enfant sera-t-il propre un jour? ».

A mon avis, oui, il va imiter les grands, contrôler ses sphincters, et grandir. Je ne sais pas ce qui se cache derrière cette question pour qu’elle soit si importante!

La vrai question est « saura-t-il demander et rentrer dans le moule pour être accepter à l’école à la rentrée de petite section de maternelle en septembe? ». C’est une question de pression sociale… Et la directrice de l’école m’a répondu avec un sourire « Ils sont tous OK, il n’y a jamais de problèmes, parfois quelques accidents… »

Les marmots, l’école les motive… ça ne dure qu’un temps, autant en profiter…

Nous on nage dans cet océan incertain de la continence diurne et nocturne de notre petit bonhomme. C’est d’ailleurs l’échéance de l’école qui lui a mis le pied à l’étriller pour l’acquisition de ce qui est appelé communément « propreté ».

Avant, vers 18 mois, il s’y intéressait, mais il était trop occupé dans ses jeux pour y penser et la couche  le maintenait dans son statut confortable de bébé… Vers 2 ans, il demandait de temps à autre… mais ni l’équipe de la crèche ni ses parents n’avaient l’esprit disponible pour accompagner les nombreux accidents.

Petit à petit, pas à pas, l’école et ses nécessités, cette étape qui marque la fin de la toute petite enfance, a pointé le bout de son nez… accompagné des exemples de copines qui se mettaient au pot et des « grands »  du mercredi, mon petit gars a fait de son pot son meilleur ami.

Mais il n’est pas un jour où tout se passe bien sans que nos esprits de parents soient en eveil et disponibles à l’humide question. Etre à l’affût des signes précurseurs de l’envie de faire pipi ou caca et aux demandes incongrues de notre marmot, avoir l’oeil sur le chrono et sur l’absorption de liquide pour proposer une pause pipiroom au moment opportun… Etre l’accompagnant attentif à l’acquisition de cette phase délicate.

J’ai quand même le sentiment d’une certaine forme de conditionnement à l’extrême…

Et pour un petit mec, il y a un apprentissage bien spécifique, dont je ne me sens pas capable : lui apprendre à faire pipi debout… Tout un art! Même si gamine j’adorais pisser debout, c’est un art réservé à la moitié de l’humanité, et je pense que son père est le plus à même de lui expliquer la technique…

Pour finir, sur une anecdote : ma BM, soucieuse de l’acquisition des fondamentaux de son petit-fils, lui a promis un vélo quand il saura faire pipi-et-caca-au-pot… J’ai vite mis un terme à ce marchandage, car il m’apparaissait évident que l’étape école était le seul levier possible à la motivation de l’apprentissage de la propreté.

Mais comme dit le proverbe : pipiopo avant dodo évite le pipioli !

Publicités

À propos de muuuum

j'ai 35 ans et je suis la maman d'un petit garçon de 1 an. Je suis à la maison, par choix et par nécessité. je regarde grandir ce petit homme... nous avons, avec son papa, fait des choix autour d'une parentalité respectueuse de l'enfant, de l'humain et de la planète. Mais celà ne va pas sans interrogations, sans doutes, sans convictions aussi... témoignage de parents concernés...

"

  1. Surprise n’a même pas deux ans et ma mère commence déjà à me tanner sur la propreté… A chaque fois je lui réponds qu’il a le temps…
    Oui ça me simplifierais la vie qu’il soit propre (et sache s’essuyer seul aussi pasque en attendant hein…) mais il n’est pas prêt alors…
    J’espère bien pouvoir le laisser aller à son rythme.
    Et même les autres personnes qu’on connait commence à nous poser la question… argh!

    • Je ne sais pas si ça simplifie vraiment la vie. Comme je le dis, il faut aussi que les parents soient prêts, vigilants, et ce que je ne dis pas c’est le nombre des lessives dues à des pipis impromptus et non déclarés! Il faut s’arrêter au bord de la route, trouver les waters pas trop sales, avoir un change… enfin c’est une organisation nouvelle. Oui, il a le temps, et souvent l’école est une étape qui aide bien à cette acquisition… courage à toi et à Surprise!

  2. effectivement, ça peut être une vraie inquiétude. Je me souviens de ma filleule honteuse de retour de l’école pour avoir laisser échapper un pipi… durdur !
    Ici, la question ne se pose pas encore. Mychoup’ n’a qu’un an. Cela dit, on ne devrait pas tarder à accueillir un pot à la maison, car elle se montre très intéressée par les toilettes ! A suivre 🙂

    • Merci Olivier pour ton commentaire. Oui, c’est une épreuve, une étape importante! Mais les instits demandent un change pour parer à tout accident. Pour ta choupette, le principal est de suivre son rythme et d’être prêt!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s