Comment on fait la loi…

Par défaut

2012, année électorale, je me suis penchée sur la question de l’éducation à la démocratie par le prisme de l’école.

Je me souviens qu’au collège et au lycée on nous disait qu’il fallait avoir un sens critique, libre-arbitre et tout et tout, tout en rentrant dans le rang… (c’est ma vision de la chose). Finalement mon éducation civique et plus largement politique est venue de mes parents et des nombreux débats familiaux qui animaient nos repas du soir.

href= »http://lesvendredisintellos.files.wordpress.com/2012/01/carte-electeur.jpeg »>

J’ai lu deux textes du site de la Revue Pédagogique (les deux premiers de ma recherche Google « la démocratie à l’école »). Je suis un peu sceptique sur le discours ambivalent de ces deux textes. Du premier, j’en retire un rôle passif des élèves, toujours passifs, à qui on « Enseigne des connaissances, des savoirs », « inculque des valeurs » et on »éduque des comportements »… Nous sommes bien loin de la démocratie telle que théorisée par Freinet. Voici comment les enfants sont invités à participer à une « démocratie effective au sein de l’école« . Voici un extrait explicite de la « psychologie de l’éducation » (extrait plus large proposé par Mme Déjantée et depuis lequel je pense tirer plusieurs billets sur Freinet) :

« Le dispositif de la coopération est censé stimuler le développement moral et assurer l’éducation politique des élèves. il prend appui sur un élément matériel : le journal mural. Dans les « Techniques Freinet à l’école moderne » (Paris, A. Colin, 1964), il en donne des descriptions détaillées : «  Tous les lundis, nous affichons dans le couloir à la portée des enfants, notre journal mural. Sur une feuille de papier fort, de format 60*40, nous disposons, sous un bandeau en couleur dessiné par les enfants, quatre colonnes : Je critique – Je félicite- Je voudrais – J’ai réalisé. Un crayon est attaché au panneau pour que les enfants puissent, à n’importe quel moment, écrire librement ce qu’ils ont à dire. Il est interdit d’effacer. Toutes les inscriptions doivent être signées, ce qui élimine toutes les accusations de mouchardage. (…) Lorsque le membre d’une communauté dit publiquement ce qu’il a à dire, si grave cela soit-il, il doit être loué pour son courage moral et civique. ;A l’école Frein et, les deux dernières heures de la classe du samedi sont consacrées à la réunion hebdomadaire de la Coopérative (…) L’exposition hebdomadaire est comme le prélude à la séance coopérative qui va suivre. » Ainsi, à la fin de chaque semaine, les enfants font le bilan de leur semaine et discutent des commentaires écrits par les uns et les autres sur le journal mural. ce sont – affirme Freinet – de véritables hebdomadaires d’un Parlement d’enfants avec un président, des témoins, des plaidoyers. L’objectif n’est pas de sanctionner les coupables ou glorifier les vertueux mais d’élaborer une loi commune et de la faire respecter. Bref, il s’agit de faire vivre une démocratie effective à l’école.  »

Voilà donc un exemple de démocratie directe et vivante, au sein même de l’école. L’idée est très politique, je pense très inspirée par l’opinion communiste de Freinet. Mais au delà de l’idéologie, il me paraît tellement évident que la démocratie ne s’apprend qu’en la vivant, quand tous ses acteurs sont actifs en son sein!

Pourquoi est-il si difficile de l’appliquer concrètement au sein de l’école? Une réponse est apportée par le href= »http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?article1564″>second texte des Cahiers Pédagogiques : »Levons d’emblée une ambiguïté : si ce dossier associe les mots école et démocratie, ce n’est pas pour prétendre que chaque établissement scolaire fonctionnerait comme une minisociété démocratique. Non seulement enseignants et élèves ne sont pas soumis aux mêmes devoirs, mais ce qui fonde la relation pédagogique est précisément cette inégalité de statut qui permet la confrontation de l’élève avec le savoir. » L’école n’est pas un lieu de démocratie, et rien ne semble bouger, non, c’est une institution hiérarchisée, figée dans ses principes, ses contradictions… même si l’article se conclue ainsi  » L’école est dans la démocratie et prépare les élèves à en devenir acteurs. Cela crée des obligations pour tous car, à l’école de la République, est-il imaginable pour les élèves et les familles que la démocratisation des savoirs et la formation des citoyens ne passe pas par des pratiques éducatives, pédagogiques et didactiques conformes aux valeurs de la démocratie ? » Je pense qu’ils n’ont pas lu Freinet ni même imaginer qu’un citoyen ne se prépare pas juste en gobant des savoirs, mais bien en les appliquant, non?

 

C’est ma nouvelle participation aux Vendredis Intellos de 2012!

Publicités

À propos de muuuum

j'ai 35 ans et je suis la maman d'un petit garçon de 1 an. Je suis à la maison, par choix et par nécessité. je regarde grandir ce petit homme... nous avons, avec son papa, fait des choix autour d'une parentalité respectueuse de l'enfant, de l'humain et de la planète. Mais celà ne va pas sans interrogations, sans doutes, sans convictions aussi... témoignage de parents concernés...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s