Celle qui gère

Par défaut

J’ai adoré le roman de Martin Winckler « le Chœur des Femmes ». Tant que je n’avais pas lu la dernière page, tout mon esprit était occupé par les aventures des Docteurs Atwood et Karma.
J’aurais aimé bénéficier de leur écoute et compréhension, de leurs compétences de médecins au moment de mon accouchement…
Je crois être tombé sur une (partie d’une) équipe médicale blasée et méprisante.

J’ai accouché dans une clinique privée de Bordeaux qui jouit d’une excellente réputation, proche de chez nous et dont un des obstétriciens « enseigne » l’haptonomie. C’est la raison de notre choix. Nous avions une bonne mutuelle qui couvrait les dépassements d’honoraires.
Emportée par ma conviction d’un accouchement le plus naturel possible, dans la lignée de Frédérick Leboyer et de Bernadette de Gasquet (que j’ai découverte plus tard), je n’ai pas suivi les cours de préparation à la maternité mais dans un cabinet de sages-femmes libérales. Elles m’ont appris à souffler lors de l’expulsion du bébé, à trouver les meilleures positions pour le travail ainsi que la position « de Gasquet » sur le côté pour l’accouchement, même sous péridurale. Je n’avais pas trop envie de la péridurale, mais je me doutais que le rendez-vous chez l’anesthésiste était nécessaire, au cas où j’en aurais besoin. Elles nous apprennent, à mon compagnon et à moi, à gérer la journée, les heures avant d’aller à la maternité et quels comportements adopter face à l’équipe médicale.

Nous avons parlé de notre projet d’accouchement à l’obstétricien : position, ambiance etc…
Mais il nous a été déconseillé de le donner par écrit, pour ne pas froisser l’équipe.

Le lundi, je vais à ma dernière consultation, celle des 9 mois. L’obstétricien à un doute, il me fait une échographie : le bébé lui paraît bien gros par rapport à l’ouverture de mon bassin.
Je fais une radio. Effectivement, il risque d’y avoir problème, mais « on laisse faire le travail »… ce qui veut dire : possibilité de césarienne au dernier moment, mais les voies naturelles sont favorisées.

J’ai de la chance, le week-end du 15 aout c’est mon obstétricien qui est de garde.
J’ai quelques contractions le samedi 15. On passe la soirée chez des copains, et je profite de la piscine au sel, très agréable.

Dimanche 16, 6h : premières vraies contractions !
Nous gérons la journée, nous partons même faire un tour au marché, sur lequel on croise mes beaux-parents ! Nous ne disons rien…
Je « surfe » sur les contractions grâce à mon ballon, à mon chéri, j’écoute de la musique. Il fait plus de 30°c dans l’appartement.
Vers 18h, je prends un bon bain, et les contractions arrivent toutes les 4 minutes. Mon chéri me fait une collation, pour faire le plein d’énergie.
Vers 19h j’appelle la maternité…

La sage-femme me demande l’intervalle entre les contractions, si j’ai pris un bain… elle émet des doutes sur l’état d’avancement du travail « venez si vous voulez, mais comme c’est le premier bébé, vous pouvez attendre »… j’en avais marre de rester à la maison, J’aurais aimé, après 12 heures de douleurs, être prise en charge… et là je suis déçue, triste, un peu perdue. Les contractions s’espacent à 10 minutes.
Finalement, on part à 21h à la maternité. Nous sommes accueilli par la sage-femme, une jeune femme très sympa qui va me suivre, m’encourager toute la nuit jusqu’à la relève vers 7h ou 8h du matin. Elle m’explique tout, m’encourage à gérer mes contractions.
Elle me dit même que je fais bien mon travail et que peu font comme moi…

Jusqu’à 2h du matin, nous déambulions au gré des contractions dans le service, et je m’accrochais au coup de mon compagnon pour surfer sur les contractions, malgré tout je ne dilatait que de ½ par heure… et à 2h j’ai demandé la péridurale avec une dilatation à 4 cm.
La pose de la péridurale a été très bien faite. Mon compagnon m’accompagne en douceur pour courber le dos.
La sage-femme me met en position latérale. Je respire pour aider mon enfant dans le travail dès que je vois une contraction se matérialiser sur le monitoring…

la suite la semaine prochaine!

Publicités

À propos de muuuum

j'ai 35 ans et je suis la maman d'un petit garçon de 1 an. Je suis à la maison, par choix et par nécessité. je regarde grandir ce petit homme... nous avons, avec son papa, fait des choix autour d'une parentalité respectueuse de l'enfant, de l'humain et de la planète. Mais celà ne va pas sans interrogations, sans doutes, sans convictions aussi... témoignage de parents concernés...

"

  1. Pingback: Toutes et tous aux côtés des Sages-Femmes « Muuuum

  2. Pingback: Toutes et tous avec les Sages-Femmes « Les Vendredis Intellos

  3. Pingback: Celle qui n’écoute pas « Muuuum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s