L’étayage de l’enfance

Par défaut

J’aime la danse; je pratique la danse impro en amatrice, depuis que j’ai 4 ans. De cette discipline, j’ai appris l’importance de la colonne vertébrale. Elément majeur du corps, elle lui donne sa verticalité, ses directions. Elle le structure et le guide . A la fois souple et rigide, elle inscrit le mouvement dans l’espace, elle lui insuffle épaisseur et histoire, tisse des liens avec l’univers.

Sans colonne pas d’homme debout, pas de marche, de parole, pas d’art et pas de danse…
Le nouveau-né a une colonne en construction, elle est là, mais il ne sait pas s’en servir, ne sait pas tenir sa tête, ne connaît pas la verticalité. Ce petit-bout a besoin d’une colonne, ou plutôt qu’il prenne conscience qu’elle existe, qu’il a en lui les capacités de s’en servir. Qui d’autre que ses parents peuvent le guider dans cette découverte, dans cette marche vers l’humanité? Ne seraient-ils pas l’étayage provisoire, le moteur qui provoque motivation à l’évolution, dans un échange constant, une stimulation quotidienne?
C’est en tous cas ce que propose Bruner : la notion d' »interaction de tutelle« . (extraits tirés de Psychologie de l’enfant: l’enfant capable : les découvertes contemporaines … Par Jean-François Vézin )

Comment est-elle définie?
« Le processus de tutelle correspond selon Bruner aux « moyens grâce auxquels un adulte ou un « spécialiste » vient en aide à quelqu’un qui est moins adulte ou spécialiste que lui ». « Les interactions de tutelle sont une caractéristique primordiale de la prime enfance ». « La fonction du tuteur est une fonction d’étayage. » »

Tout est dit avec des mots de spécialistes. Celà me fait penser à Boris Cyrulnik et ses figures d’attachement, qui structurent l’enfant, et peuvent lui permettre de surmonter les traumatismes de sa vie, et les transformer en actes créateurs. Peut-être que je m’égare, mais je ne peux m’empêcher de faire ce pont, et bien d’autres encore.

La suite de l’extrait est plus didactique :

Cette fonction d’étayage « consite en :

– un enrôlement : engager l’intérêt de l’enfant;

– la réduction des degrés de liberté, c’est à dire « la simplification de la tâche par réduction du nombre des actes constitutifs requis pour atteindre la solution »;

-le maintient de l’orientation vers la poursuite de l’objectif:

– la signalisation des caractéristiques déterminantes, « caractéristiques de la tâche qui sont pertinentes pour son execution »

– le contrôle de la frustration : la résolution de problèmes devraient être moins périlleuse ou éprouvante avec un tuteur que sans lui;

– la démonstration « ou présentation de modèle de solution pour une tâche« .

En d’autres termes, si j’ai bien compris, l’adulte pour Bruner, conduit l’enfant dans la réalisation du but à atteindre. Un peu comme Socrate et la maïeutique, qui guidait ses disciple vers la réponse au travers de ses questions, les aidait à naitre à la philosophie et au monde? (j’espère que je ne dis pas de sottise, se sont de vieux restent de Terminale).

Qu’elle est la place de l’adulte, ni trop professorale, ni trop observateur,où se trouve le juste milieu?

Des réponses ont été apportées dans les techniques et théories éducatives de Montessori, Freinet, où le « praticien » comme l’appelle A. Stern, défriche, encadre, motive mais n’inculque pas son savoir. L’apprentissage est du domaine de l’enfant qui explore, découvre dans sa liberté (encadrée) ce qu’il doit acquérir.

Dans tout ce que j’ai lu, et que j’expérimente au quotidien avec Joachim, et qui n’est pas abordé dans l’extrait sur l’interaction de tutelle, c’est la notion de plaisir et de désir, moteur de la volonté d’apprentissage.
D’un entrechat à l’émotion de la scène,il en faut du plaisir et du désir pour surmonter tous les obstacles, et dompter la barre!

>
Ce texte est ma participation aux Vendredis Intellos de Mme Déjantée

Publicités

À propos de muuuum

j'ai 35 ans et je suis la maman d'un petit garçon de 1 an. Je suis à la maison, par choix et par nécessité. je regarde grandir ce petit homme... nous avons, avec son papa, fait des choix autour d'une parentalité respectueuse de l'enfant, de l'humain et de la planète. Mais celà ne va pas sans interrogations, sans doutes, sans convictions aussi... témoignage de parents concernés...

Une réponse "

  1. Pingback: pour guider sans entraver, guider sans laisser tomber « Muuuum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s